« L’enfant malade » par Salvador DALI, 1923

dali 263x300 « Lenfant malade » par Salvador DALI, 1923La composition de l’oeuvre : L’Enfant malade ( 1923)

On distingue une composition du tableau en trois plans. Au premier plan, on peut observer l’enfant, la table, le flacon et la cuillère, ainsi que la cage et l’oiseau. Le second plan est formé par la mer et les bateaux. L’horizon forme le troisième plan.

Le cadre est rectangulaire. Les lignes sont courbes et simplifiées: la table, les bateaux, les sourcils de l’enfant, la bouteille de sirop…

L’enfant, peint jusqu’à la taille, est présenté en plan américain.

On note aussi une organisation de lignes horizontales, telles que l’horizon, les barreaux de la cage, la coque des voiliers, ainsi que des lignes verticales formées par la cage, l’enfant, et les bateaux.

Les voiliers servent de point de fuite, ils conduisent ainsi le regard. La tasse, l’œil et l’horizon sont alignés par une transversale qui marque le contraste entre l’animé et l’inanimé.

Le destinataire se trouve en situation de légère contre-plongée. L’enfant ne regarde pas celui-ci. Il regarde au loin et, on lit dans ses yeux une sorte de préoccupation, sûrement celle de la maladie. Celle-ci est perceptible à cause du sirop, de la tasse et de la cuillère, mais surtout de la main squelettique de l’enfant.

Le contraste entre le jaune et le bleu marque une antithèse entre les voiliers, la mer et l’enfant.

L’interprétation :

D’abord, ce sont la table et les voiles qui donnent à ce tableau les lignes courbes. Les couleurs sont tantôt chaudes, tantôt froides : les coques des voiliers, et le flacon sur la table sont rouges, ce qui symbolise peut-être la force. La source de lumière vient des voiles jaunes des bateaux qui se reflètent, par touches impressionnistes, dans l’eau.

Le visage de l’enfant est éclairé, contrairement à son corps qui est assez sombre. Son visage porte une expression assez difficile à définir, il regarde en coin le destinataire qui connaît sa souffrance, d’ailleurs le flacon et la cuillère rappellent sa maladie.

Il a l’air fatigué, son fauteuil lui soutient la tête, il porte un foulard vert qui est la couleur de l’espoir qu’il garde en lui malgré sa maladie. Il tient dans ses mains, contre lui, une couverture. On observe que sa main longue et squelettique rappelle celle d’un mort.

L’association de toutes les couleurs de ce tableau donne un effet un peu magique : chaleur et désir d’évasion.

Le symbole de l’oiseau en cage semble clair : il aimerait jouer, profiter plus pleinement de sa jeunesse, mais sa maladie l’en empêche comme la cage qui enferme l’oiseau. Comme lui, l’oiseau cherche à prendre son envol.

On remarque aussi un contraste entre l’horizon et les premiers plans de la toile.

L’horizon est sombre, on peut penser qu’il représente l’avenir qu’il appréhende à cause de sa maladie. Il a peur de ce qui risque de lui arriver. Son regard ne se porte donc pas vers le destinataire, c’est un regard songeur, il réfléchit peut-être au futur.

On note dans ce tableau une grande sincérité de l’artiste qui arrive à nous dévoiler son état d’esprit durant une période douloureuse de sa vie.

 

 

Author: Isis Sangaré

Isis Sangaré : une jeune artiste passionnée d’arts, de littérature et de musique (Métal). Ce site vous présente mon univers…\m/

Share This Post On

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Image CAPTCHA

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>