rituel nécromant par Isis Sangaré

Rituel nécromant, Isis Sangaré

rituel nécromant par Isis Sangaré

rituel nécromant par Isis Sangaré

« Rituel nécromant »
Huile sur toile
Dimensions : 33 x 19 cm

Le Livre du nécromant est le cinquième des huit tomes (en version française) qui composent la saga L’Arcane des épées. Il a été écrit par l’écrivain américain Tad Williams. Il est paru en 1993 aux États-Unis, et 1998 en France aux éditions Payot & Rivages.

En effet, la version américaine, To Green Angel Tower, a été partagée en quatre par l’éditeur et est donc devenu La Citadelle assiégée. Cette version est composée des tomes suivants :

Le Livre du nécromant
Le Cri de Camaris
L’Ombre de la roue
La Tour de l’ange vert
Il a été traduit de l’américain par Jacques Collin.

 

 

 

L'ancêtre

L’ancêtre, par Isis Sangaré

L'ancêtre

L’ancêtre

« L’ancêtre » par Isis Sangaré
Huile sur toile
Tableau format 8F

L’ancêtre

A Claudius Popelin.

La gloire a sillonné de ses illustres rides 
Le visage hardi de ce grand Cavalier 
Qui porte sur son front que nul n’a fait plier 
Le hâle de la guerre et des soleils torrides.

En tous lieux, Côte-Ferme, îles, sierras arides, 
Il a planté la croix, et, depuis l’escalier 
Des Andes, promené son pennon familier 
Jusqu’au golfe orageux qui blanchit les Florides.

Pour ses derniers neveux, Claudius, tes pinceaux, 
Sous l’armure de bronze aux splendides rinceaux, 
Font revivre l’aïeul fier et mélancolique ;

Et ses yeux assombris semblent chercher encor 
Dans le ciel de l’émail ardent et métallique 
Les éblouissements de la Castille d’Or.

 José-Maria de HEREDIA   (1842-1905)

 

nature-morte-automne-isis-sangare

Nature morte d’automne by Isis Sangaré

nature-morte-automne-isis-sangare

« Nature morte d’automne »
Huile et acrylique sur toile
100 x 73 cm

Dans le brouillard s’en vont un paysan cagneux
Et son boeuf lentement dans le brouillard d’automne
Qui cache les hameaux pauvres et vergogneux

Et s’en allant là-bas le paysan chantonne
Une chanson d’amour et d’infidélité
Qui parle d’une bague et d’un coeur que l’on brise

Oh! l’automne l’automne a fait mourir l’été
Dans le brouillard s’en vont deux silhouettes grises

Guillaume Apollinaire, Alcools, 1913